WSBK Magny-Cours 2013 : Le week-end de Thibaut Gourin, WildCard en Superstock600

Rédigé par . Posté dans News, Superstock, WSBK.

Tagged:

Publié le 05/10/2013 avec Aucun Commentaire

Ce week-end à Magny-Cours, pour la manche Française du Championnat du Monde WSBK, la catégorie Superstock600 accueillait, comme les autres, plusieurs WildCards tricolores. Parmi eux, Thibaut Gourin, qui terminait la semaine précédente le Championnat FSBK Pirelli 600 à la troisième place du classement général, a fini 8ème et premier Français de la course.

Suite à son expérience, Thibaut a choisi de se confier à OffBikes. Retour sur son week-end Européen.

Propos recueillis par : Line.

Thibaut Gourin en bout de pitlane après les nombreux drapeaux rouges de la séance qualificative du vendredi. (Photo : Line Biau/©OffBikes)

Thibaut Gourin en bout de pitlane après les nombreux drapeaux rouges de la séance qualificative du vendredi. (Photo : Line Biau/©OffBikes)

-
Vendredi 4 Octobre

Ce matin pour la première séance libre, il pleut. Pour venir courir dans ce Championnat, par rapport à ma moto habituelle, on a installé faisceau, boîtier et shifter. Malheureusement, je n’avais pas eu l’occasion de les tester avant d’arriver, et pendant cette séance, c’était la première fois que j’essayais la nouvelle configuration. J’ai tout suite ressenti plusieurs problèmes : d’abord le shifter ne fonctionnait pas, et en plus je n’avais aucun frein moteur. J’avais l’impression de piloter un deux-temps. Je freinais comme un fou et lorsque je relâchais les freins, la moto reprenait de la vitesse toute seule, c’était très compliqué. En plus de ça, la piste était très piégeuse. Je n’étais pas à l’aise, j’avais l’impression qu’on m’avait prêté une moto que je ne connaissais pas. Du coup je n’ai pas osé prendre de risque et j’ai terminé la séance dernier à plus de 10 secondes des chronos des leaders.

Pour la séance qualificative de l’après-midi, il a donc fallu apporter des modifications à la moto, notamment en augmentant le frein moteur et en améliorant le shifter et la démultiplication. Malheureusement la séance a été une vraie épreuve de relais : tous les trois tours, elle était interrompue par un drapeau rouge. Il y a eu 12 chutes au total, dont 7 dans le même virage. J’ai perdu un peu de temps avec tous mes réglages, mais quand j’ai réussi à repartir pour améliorer mon chrono, je me suis retrouvé 9ème temps à 15 minutes de la fin. Puis encore un drapeau rouge et je suis redescendu immédiatement 11ème. Tout le monde repart en pneus neufs, mais pas moi, je repars pour un tour avec la ferme intention de faire un chrono, je me sens très bien sur la moto, et soudainement, panne d’essence. Non seulement je manque de me faire percuter mais je loupe les 6 dernières minutes de la séance, qui sont les plus importantes en qualification ! Autant dire que je n’étais pas de très bonne humeur.

Résultat, je termine la séance avec le 15ème temps, et je ne pense pas que ça reflète réellement ce que j’aurais pu faire.

Maintenant, on verra demain : s’il pleut, je ne pourrai pas améliorer et je devrai partir 15ème sur la grille. Si la qualification a lieu sur le sec, je pense vraiment que je pourrai faire mieux. Mais un Top 10 sur le sec, avec le niveau qu’il y a, ce sera un vrai défi. Cela dit je devrai faire attention car aujourd’hui mon empressement m’a valu d’être convoqué pour non-respect d’un drapeau rouge !

Samedi 5 Octobre

Ce matin, deuxième séance qualificative sous la pluie, et j’ai fait un véritable blocage. Hier matin, j’étais parti avec de mauvais réglages et j’étais resté sur ces impression là, du coup je n’avais aucune confiance en la moto. Dès que quelqu’un de plus rapide me doublait, j’étais déstabilisé, j’ai tiré deux fois tout droit en 30 minutes… Quelque chose n’allait pas, je n’étais pas dedans et j’avais la peur de la chute en tête, je ne voulais vraiment pas tomber car je savais qu’il fallait se défendre en course le soir même. Entre la séance et la course, j’ai vraiment croisé les doigts pour qu’il ne pleuve pas, et j’ai bien fait : le ciel s’est dégagé et la piste a séché.

Pour la course, je pars donc 15ème sur la grille, et je prends un très bon départ. Au premier virage, j’étais dans le Top 10, mais je me fais un peu bousculer au deuxième point de corde d’Estoril, car j’étais complètement à l’intérieur. J’en ressors bien, je prends l’aspiration et je rentre dans Adélaïde tout à l’intérieur. Je freine le plus tard possible et je vois quelqu’un me doubler et percuter deux autres pilotes juste devant moi. Heureusement je m’en sors bien et je passe la ligne 7ème à la fin du premier tour.

Après ça, je ne me suis pas retourné, j’ai vraiment fait ma course sans me mettre trop de pression. Sur mon panneau, je voyais que j’avais un peu d’avance donc je ne pensais à rien si ce n’est à mon pilotage. Je suis resté 7ème quasiment toute la course, la Honda m’a dépassé alors qu’il restait seulement 3 tours, et elle m’a un peu distancé. Au dernier tour, j’ai cravaché pour la recoller et j’y suis parvenu. J’aurais bien aimé lui faire le freinage à Imola, mais ma moto a cabré, j’ai guidonné, et j’ai perdu un peu de temps. Sachant qu’Hugo était juste derrière, j’ai préféré fermer les portes et terminer la course sur mes roues et à la 8ème place.

Je suis vraiment super content, je termine 1er Français – même si malheureusement Mathieu Marchal était forfait sur chute, donc j’ai totalement rempli les objectifs que je m’étais fixé en arrivant. Ce beau résultat me conforte dans mes ambitions Européennes pour l’année prochaine, et je ne viens rien lâcher cet hiver, je vais m’entraîner et rouler le plus possible !

-
Merci à Thibaut Gourin pour sa disponibilité.
Retrouvez-le sur Facebook et Twitter afin de suivre ses différentes actualités.

Loading Facebook Comments ...
Loading Disqus Comments ...