Et Aujourd’hui ? Shinya Nakano, « the French Japanese ».

Rédigé par . Posté dans Dossiers, Et aujourd'hui ?.

Tagged: , , , , ,

Publié le 29/05/2013 avec 5 Commentaires

Né en octobre 1977 à Chiba, dans la baie de Tokyo, Shinya Nakano a fait comme beaucoup de pilotes japonais en rentrant dans le milieu des courses moto par l’intermédiaire de la pocket-bike et de la mini-bike. Il remporte alors plusieurs titres régionaux avant d’évoluer au sein du Championnat du Japon dans les catégories supérieures.

En 1994, il remporte 2 courses d’endurance dont les 4h de Suzuka. Inscrit en championnat du Japon en 125cc de 1995 et 1996, il évolue ensuite en catégorie 250cc en 1997 et 1998. Année ou il est sacré champion du Japon alors qu’il a en concurrence un certain Daijiro Kato ainsi que Tohru Ukawa. Il décide alors d’abandonner ses études d’ingénieur pour se consacrer à sa carrière de pilote professionnel.

Nakano Japan 1997

Shinya Nakano lors du championnat 250cc du Japon 1997.

Son Parcours mondial

Suite à son titre et a ses bons résultats en course lors d’une wild-card au Japon et en Australie (2e et 4e places), il accède au Championnat du Monde 250cc en 1999 et se voit confier la Yamaha officielle du team Tech3. Tandis que Valentino Rossi et son Aprilia écrase la concurrence, Nakano devient le meilleur pilote du team en enchaînant notamment plusieurs podiums dont une impressionnante victoire sur le circuit de Motegi, au Japon. Il termine la saison 1999 4e du Championnat et obtient ainsi logiquement le titre de Rookie of the Year.

Olivier Jacque et Shinya Nakano au sein du Team Tech3

Olivier Jacque et Shinya Nakano au sein du Team Tech3.

Après cette première saison prometteuse en Championnat du Monde, Shinya, connu alors comme le plus français des Japonais, enchaîne une superbe saison en 2000 au cours de laquelle il se bat pour le titre (Valentino Rossi, titré en 1999, est passé en 500cc). Auteur d’un début de saison tonitruant, il réussit à prendre la tête du championnat malgré le manque évident de puissance de sa Yamaha par rapport aux Honda des Japonais Kato et Ukawa. À la mi-saison, les 4 pilotes sont toujours en lice pour le titre. Les résultats des uns avantagent ceux des autres, Olivier Jacque et Shinya Nakano se jouent ainsi le titre lors de la dernière course de la saison à Philip Island, en Australie.

Alors que Shinya Nakano mène la totalité du GP, Olivier Jacque parvient à le dépasser en ligne droite à l’aspiration : le Français est alors sacré Champion du Monde 250cc pour 19 millièmes de seconde. La catégorie 250cc et plus particulièrement la saison 2000 laisseront un gout d’amertume indélébile pour le petit pilote japonais, qui sautera en catégorie reine dès l’année suivante. Il ne manquera pas de souligner sa décéption lors de l’entrevue d’après-course en mettant en avant son nombre de victoires (5) face à Olivier Jacque (3).

Championnat du monde 2001 - le saut en catégorie reine

Championnat du monde 2001 : le saut en catégorie reine.

C’est alors en 2001 que Shinya retrouve le team Tech3 et ainsi que son coéquipier français Olivier Jacque en catégorie reine. Shinya Nakano monte le ton dès les essais hivernaux et réussit le meilleur début de saison pour un Rookie. Il décroche plusieurs places dans le Top 5 au long de la saison, glanant même son premier podium au GP d’Allemagne. Il terminera la saison en 5e position et remportera de nouveau le titre de Rookie of the Year.

En 2002, avec l’arrivée des 4-Temps en championnat du monde, le début de saison est compliqué. Sa Yamaha YZR 500cc 2-Temps ne peut pas lutter faire face à l’armada des Honda RCV et des Yamaha M1 qui scrutent les premières places.

Malgré tout il réussit quelques exploits notables : il sera en première ligne du GP d’Allemagne et réalise son meilleur résultat de la saison avec une 5e place. Le team Tech3 obtient des Yamaha M1 pour les 3 dernières courses de la saison et Nakano sera alors enfin capable de se battre avec les leaders. Il sera 6e pour les GP de Malaisie et de Valencia. Il termine la saison 2002 à la 11e place.

En 2003, il quitte l’équipe Tech3 pour le team espagnol de Luis D’Antin, toujours sur Yamaha. Malgré l’évolution de sa moto depuis la saison passée, il ne peut rien faire à la concurrence des Yamaha et Honda officielles, et terminera la saison à la 10e position.

Après des longs et loyaux service pour Yamaha, l'experience Kawasaki.

Après de longs et loyaux services pour Yamaha, Nakano tente l’expérience Kawasaki.

La saison 2004 est l’année du changement pour Shinya Nakano. Il tente ainsi l’expérience Kawasaki après avoir effectué la majorité de sa carrière sur Yamaha. En ce temps là, l’équipe Kawasaki est en bas du tableau : les résultats sont loin d’être suffisants pour l’équipe qui se dit, pourtant, pourvue d’un budget illimité. Ceci étant et grâce à des pneus Bridgestone  en constante progression, Kawasaki s’affirme et Shinya Nakano obtient de très bons résultats : il est classé dans le Top 10 à 7 reprises dont 1 podium devant son public sur le circuit circuit Motegi.

Il termine sa première année au guidon de la Kawasaki en 10e position, mais devient également détenteur d’un triste record : il est victime de la chute la plus rapide enregistrée. En effet, au GP d’Italie au Mugello,  son pneu arrière explose (ou déjante ?) en fin de ligne droite à plus de 320Km/H. Il sort fort heureusement indemne de cette impressionnante chute.

En 2005, il parvient à se placer dans le Top 10 lors des 11 courses durant la saison, lui valant de conclure la saison en 10e position. En 2006, il est capable, notamment grâce à la qualité de ses pneus Bridgestone lors des séances d’essais, de se placer régulièrement en haut du tableau. Malheureusement, ses courses ne sont pas du niveau des essais. Il termine en 14e position cette saison malgré s’être placé à 8 reprises dans le Top 10 avec notamment une 2e position pour le GP des Pays-Bas. Son engagement avec Kawasaki prendra fin après la saison.

Shinya Nakano avec le team Gresini lors du championnat 2007

Shinya Nakano au sein du team Gresini
lors de la saison 2007.

En 2007, il rejoint le team Konica Minolta Honda sur une RCV, avec lequel il n’obtiendra pas les résultats souhaités avec seulement 3 résultats dans le Top 10.

L’année suivante, il intègre le team Gresini (que l’on connait encore aujourd’hui) en remplacement de Toni Elias et apporte son expérience des pneus Bridgestone pour Honda. Il finira la saison en 9ème position avec notamment une 4e place au GP de République-Tchèque.

En 2009, alors que son contrat en MotoGP n’est pas reconduit, il est choisi pour développer l’Aprilia RSV4 en championnat World Superbike aux côtés de Max Biaggi. Aprilia faisant son retour en championnat WSBK après un arrêt de 3 saisons d’absence.

Saison difficile en superbike.

Saison difficile en superbike sur l’Aprilia RSV4.

À l’issue de cette saison 2009 compliquée qu’il termine en 14e position et durant laquelle il se blesse à plusieurs reprises, Shinya Nakano décide alors de stopper sa carrière de pilote. Une émouvante cérémonie sera tenue le 28 octobre 2009 au cours de laquelle il officialisera sa retraite sportive.

Nakano-retirement

Cérémonie émouvante lors de l’annonce de son retrait de la compétition.

Shinya, tout au long de sa carrière, est fameusement  reconnu par son casque arborant de grands yeux au style Manga. L’histoire de ces yeux est simple : en 1996, alors qu’il roulait pour le team Tadao Racing au Japon, tous les pilotes appartenant à l’équipe arborent de grands yeux sur leur casque afin d’avoir un signe particulier et les reconnaître facilement. Nakano a naturellement gardé ces yeux sur son casque en hommage et remerciement de lui avoir donné sa chance. Il admet lui-même avoir beaucoup appris de son expérience au sein de ce team et pense qu’il n’aurait pas continué sa carrière aussi longtemps s’il n’était pas passé dans cette équipe.

L’après GP

56Design Shop

Le premier magasin 56Design à Chiba, Japon.

Rapidement, Shinya Nakano souhaite s’investir dans le monde de la moto mais, d’une maniere différente, moins traditionnelle. Ainsi, il s’investit à plein temps dans le développement de l’image de sa marque, créée, pour les utilisateurs de 2 roues, un an plus tôt : 56Design. Le premier magasin ouvre ses portes en octobre 2008 à Chiba au Japon, lieu de naissance de Shinya. Ce magasin propose des équipements de marques que Shinya avait pour habitude d’utiliser durant ses saisons en GP/SBK.

Ainsi, on y trouve des blousons de la marque Spidi, des casques Arai ou bien des textiles (lycra et caleçons) de la marque Under Armour, arborant du symbole de la marque créée par Shinya. Depuis, la marque possède 4 autres magasins au Japon et propose de nouveaux produits chaque saison. Enfin, on peut retrouver la marque au 56 lors des shows ou salons de moto au Japon.

56Design Spidi

Le premier modele de blouson 56Design, en partenariat avec Spidi

56Design Apparel

Casques, sacs et chaussures de moto parmi les produits proposés par 56Design

Sa marque en marche, Shinya est également sollicité comme commentateur lors des GP et il fait régulièrement des apparitions dans l’émission TV « MOTORISE » au sein de laquelle il teste et donne son avis sur les nouveautés du monde moto.

L’autre aspect que Shinya Nakano a rapidement voulu mettre en oeuvre après sa retraite sportive est la création d’un team ayant pour but de donner la chance à des pilotes de se montrer, pour éventuellement  obtenir, à terme, quelques wild-cards. Il utilise sa marque 56Design comme sponsor principal et fait ainsi ses débuts comme team manager en juillet 2012 lors de la CBR250R Cup sur le Tsukuba circuit. Le team ne vise pas particulièrement de résultats majeurs pour cette manche, mais en profite surtout pour apprendre.

Honda CBR250r

Version course de la CBR250R. (Photo: Honda)

Pour ce championnat, Honda met à disposition et uniquement pour le Japon, la CBR250R, allégée des systèmes éclairants, et équipée d’équipements de courses tels qu’un quick-shifter ou encore un pitlane rev-limiter. Le modèle de base vendu par Honda coûtant 3999$, la CBR250R est une solution peu onéreuse pour qui veut débuter une carrière de pilote.

La première manche du championnat 2013 à eu lieu le 4 mars dernier, toujours sur le circuit Tsukuba. Les 2 pilotes, Teppei Nagoshi et Mei Sakurai (femme), âgés de 15 ans ont obtenu respectivement la 2nd et 11e place.

Le Team 56Racing est prêt.

Le Team 56Racing est prêt. Mei Sakuraï, à gauche, est prête à suivre son coéquipier Teppei Nagoshi. (Photo: Team 56Racing)

La 2e manche, toujours sur le Tsukuba Circuit, s’est déroulée sous la pluie le 20 avril. Teppei Nagoshi termine de nouveau en 2nd alors qu’il roulait pour la première fois sur des pneus pluie. Mei Sakurai termine en 13e position. Selon la pilote, bien que le résultat ne soit pas exceptionnel, terminer la course sous la pluie est une satisfaction. La 3ème manche de ce championnat se tiendra le 27 juillet au même endroit.

 

 

Retrouvez sur Facebook les photos et les résultats des prochains courses du team 56Racing.

Le team 56Racing au complet lors de la Honda CBR250R cup.

Le team 56Racing au complet lors de la Honda CBR250R cup. (Photo: Team 56Racing)

Loading Facebook Comments ...
Loading Disqus Comments ...