Romain Lanusse & Loris Baz en stage de préparation physique : Jours 3 et 4

Rédigé par . Posté dans World Superbike, WorldSBK.

Tagged: , , , , , ,

Publié le 31/05/2013 avec 2 Commentaires

Grâce à Dominique Simoncini, préparateur physique de Loris Baz, ancien pilote en Championnat du Monde de Trial et Maître de Conférence à l’Université des Sciences de la Performance de Dijon, OffBikes vous donne l’occasion de suivre, jour par jour, le stage d’entraînement intensif suivi par Loris Baz et Romain Lanusse deux semaine avant l’épreuve de Portimao. Un véritable plongeon dans la préparation physique de ces deux top pilotes Kawasaki.

Voici pour aujourd’hui les comptes-rendus rédigés et illustrés par Dominique des journées de Jeudi et Vendredi.

Jeudi 30 Mai 2013.

« Ce matin, sortie longue avec du gros dénivelé. Les deux garçons n’étaient pas très frais car les jours précédents ont été copieux ! C’est donc sur des jambes en plastique et avec les traits tirés qu’ils se sont lancés dans cette 3ème journée. La plus difficile dans un programme de 5 jours, car elle arrive sur un organisme qui n’a pas encore récupéré et qui n’est pas encore aguerri à la répétition régulière d’efforts de longue durée avec de l’intensité. Le 4ème jour est généralement plus facile car les courbatures disparaissent un peu et la restructuration des glycogènes s’accélère.
La montée matinale fût sévère car menée à un rythme volontairement rapide. La fréquence était proche du seuil, voir au seuil, ce qui à pour effet à cette altitude de provoquer parfois des maux de tête, dus à l’acidité du corps, au manque d’oxygène dans le cerveau et la pression altimétrique. Loris et Romain ont donc bien souffert ce matin, d’autant qu’une fois au sommet, il à fallu s’engager sur un long sentier escarpé avec un peu de vide : deux kilomètres de relances avec des passages dans les couloirs d’avalanches remplis de neige ! Bilan : glissades et course sur des œufs. Enfin, il nous restait le plus gros morceau, une descente longue, raide et difficile sur 4 kilomètres ! Un truc à vous détruire les cuisses, mais aussi à vous rendre beaucoup plus fort ensuite car les muscles vont se reconstituer plus denses et plus réactif après ce long exercice de pliométrie (voir explication en fin d’article, NdR) excentrique ! Certaines portions ont été avalées à plus de 15 km/H ! Romain comme Loris se sont donnés à fond et ont terminé avec des douleurs mais dans un temps qui en ferait de bons traileurs de course courtes. Une fois dans la voiture, tout allait bien, et ce n’est qu’au moment de sortir que j’ai vu deux grabataires nonagénaires essayer de s’extirper du véhicule (rires) ! Ils ont compris que c’était une fois froid que cela allait piquer très fort, très très fort…
Ce soir, très grosse séance de renforcement musculaire, avec un travail sous charge légère et sur Power Plate (plateforme de vibration, NdR) pour démultiplier l’effort. Pour les pilotes de moto, la Power Plate est vraiment géniale, car ils travaillent en vibrations, comme sur une moto en Grand Prix ! De plus, cela démultiplie la difficulté et rend les muscles plus denses sans prendre de volume. Les muscles deviennent plus résistants et plus réactifs, et ce qui est encore plus top c’est que travail renforce aussi le nerf optique en le musclant et en le rendant plus réactif. De ce fait, ils anticipent les changements d’angles plus rapidement et la prise de décision oculaire est augmentée de plusieurs dixièmes, donc ils freinent plus tard et accélèrent plus vite !
Pour cette séance, nous nous sommes concentrés sur le renforcement des bras et de la ceinture scapulaire. Les deux garçons ont beaucoup souffert mais dans la bonne humeur ! Ce qui est une donnée fondamentale à l’expression de l’engagement : « le plaisir ». Ils souffrent mais prennent du plaisir à le faire ensemble, donc finalement les séances s’allongent, les exercices se font plus nombreux et le challenge se crée ! La dynamique est lancée et l’état d’esprit prend le dessus, donc ce soir gros travail mais finalement cela s’est super bien passé car la motivation était là. C’est aussi une forme de préparation mentale que de savoir créer un espace d’expression de la performance tout en gardant le plaisir de faire les choses dans la bonne humeur !
Trop de coachs oublient que l’engagement sera optimal si le cerveau est motivé par une notion de plaisir et des aspects ludiques. C’est ce que j’essaie de travailler avec Loris et Romain. La séance de barbare de ce soir en est l’exemple puisqu’ils sont partis, et sont encore dans la dynamique de travail et d’excitation même une heure après. Il n’est pas nécessaire de voir juste des grimaces et de la sueur pour voir les capacités musculaires augmenter. L’envie commande tout ! L’envie d’atteindre ses objectifs comme l’envie d’être champion du Monde ! Les perturbations dues aux interactions avec les autres concurrents, les réglages, la dangerosité, la vie sociale, familiale, professionnelle se suffit pour ne pas en plus rendre l’entraînement pesant. C’est ce que je cherche toujours à faire avec mes athlètes pour qu’ils donnent le meilleur d’eux même sans se sentir contraints. Et ce soir, il n’y avait pas de contraintes mais juste une énorme envie de de progresser et de s’amuser sérieusement pour finir décédé des bras et des jambes, mortifié des ados, carbonisé de la ceinture lombaire. Que du bonheur ! A demain et bonne nuit ! »

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

Vendredi 31 Mai 2013. 

« En ce 4ème matin, les deux garçons étaient souriants mais commençaient à avoir de sérieuses difficultés avec les pieds « crampés » pour Loris, et une très désagréable sensation d’avoir les cuisses en bois précieux pour Romain. Cela tombait bien, le programme de cette matinée, c’était juste 12km de course à pied légèrement vallonée ! Dans les fait, on fera juste 300 mètres de dénivelé positif, et les montées ne seront pas plus raides que les descentes ! Une sortie cool dont l’objectif était de remettre les fibres en route et de détoxiner les organismes.
Dès les premiers mètres, Romain manifestait quelques difficultés à remuer les deux poteaux en bois qu’il avait en guise de jambe. Il était un peu le capitaine Crochet et sa jambe en bois qui courent au fond des bois. Loris, lui, semblait plus facile qu’hier. Il a déroulé une jolie foulée et surtout a fait preuve d’un bon mental, tout comme Romain qui, bien qu’en souffrance, est resté souriant et a apprécié ce moment. Nous avons alterné les courses à 8 ou 9 km/H, et les grosses montées raides et sévères, ce qui à pour effet de laisser respirer car le rythme est relax. Arrivés au sommet, c’est une grosse pente bien technique qui nous attendait, dans laquelle ils ont pu lâcher les chevaux et se faire plaisir en pilotant les baskets entre les rochers. Une bonne séance, bien menée, qui n’aura laissé que de bons souvenirs en attendant la séance de musculation de cet après midi ou il s’agira de renforcer essentiellement la sangle abdominale et la ceinture scapulaire.
Sur les graphiques que je t’ai fait parvenir (voir ci-dessous, NdR), on voit très bien les trois séances successives avec les dénivelés importants qui rendent très difficiles les ascensions comme les descentes. Le coeur est mis à rude épreuve, car on monte rapidement en altitude. De plus, l’effort de la montée fait beaucoup plus travailler en résistance et en développement de la puissance des membres inférieurs. La descente, avec son exercice excentrique qui durcit les cuisses et les ischions est aussi une effort très traumatisant lors des premières séances. Il sollicite les fibres très en profondeur et contraint les muscles, ce qui rend très difficile la reprise en course à pied le lendemain. C’est pourquoi la séance du jour était plus courte et plus facile, mais restait quand même technique afin de solliciter mentalement les deux athlètes. Mission réussie, ils sont parfaits !
Ce soir, lors de la séance de musculation, on a laissé les jambes au repos en vue de la dernière séance demain matin. Donc ENORME travail sur les bras, les épaules et le gainage des abdos ! Les triceps ont chauffé tout comme les biceps ! Les courbatures sont effacées et les répétition se sont enchainées à un rythme effréné. Aucun répit entre les exercices ! Après cette journée, il restera à conclure cette grosse semaine avec une bonne séance de pliométrie dont j’ai le secret. Une séance qui terminera cette préparation destinée à provoquer une surcompensation pour le seconde partie de la saison. Ainsi, ils maintiendront la forme de manière optimale grâce à un programme individuel réajusté toutes les semaines. Un programme spécifique, construit autours des constats de cette semaine très intensive dont on a pu tirer les enseignements qui permettront de mieux envisager le suite de la saison. »

 

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

À titre informatif, la pliométrie est un ensemble d’exercices de musculation focalisés sur la tonicité des muscles striés squelettiques. Un exercice pliométrique consiste à faire travailler en puissance et en explosivité un ou plusieurs muscles du corps, il est constitué d’un étirement rapide des agonistes, suivi d’une contraction maximale, utilisant principalement le poids du corps comme outil. Ce phénomène se base sur les propriétés neuro-musculaires des fibres musculaires.

-

Merci à Dominique, Loris et Romain de partager cette expérience avec OffBikes. La suite très vite, avec la dernière journée de Samedi !

Loading Facebook Comments ...
Loading Disqus Comments ...