Et aujourd’hui ? Les frères Aoki

Rédigé par . Posté dans Dossiers, Et aujourd'hui ?.

Tagged: , , , , , , , , , , ,

Publié le 16/06/2013 avec Aucun Commentaire

Nous vous retrouvons aujourd’hui pour continuer notre tour d’horizon de pilotes emblématiques avec un retour sur carrière des incontournables frères Aoki.

Faisant partie du panel de pilotes ayant fait la gloire du Japon durant les années 90, il semblait important pour nous de ne pas passer à côté de cette famille qui a marqué le monde de la compétition moto. Leur fait d’armes le plus spectaculaire a lieu en 1995, lorsque les 3 frères sont montés sur le podium lors du GP du Japon. Ainsi, Haruchika était vainqueur en 125cc, Nobuatsu 2ème en 250cc et Takuma, qui participait grâce à l’obtention d’un WildCard, terminait en 3ème position dans la catégorie 500cc.

Voici donc un retour complet sur le parcours de chacun d’entre eux.

-

Nobuatsu Aoki

-
Né à Gunma au Japon en août 1971, Nobu, comme surnommé par ses frères, commence par piloter une Pocket Bike, cadeau offert par ses parents en 1982, avant de passer en championnat national en 1987.

Nobuatsu Aoki lors du GP du Japon en 1992.

Nobuatsu Aoki lors du GP du Japon en 1992.

Son parcours mondial commencera grâce à l’obtention de plusieurs WildCard pour les GP du Japon de 1990, 1991 et 1992, en catégorie 250cc. Il devient pensionnaire à temps complet du « Continental Circus »  à compter de la saison 1993, dans la même cylindrée. Il remportera notamment le 2ème grand prix de la saison, se déroulant en Malaisie. Cette victoire restera son seul succès en championnat du monde et sa meilleure place en championnat 250cc sera une 6ème position en 1995.

En 1997, Nobuatsu accède à la catégorie supérieure, et parvient dès sa première saison en catégorie 500cc, à se positionner en 3ème position du championnat du monde, en réalisant 3 podiums.

Malheureusement, il ne parviendra pas à s’imposer après son transfert de Honda vers Suzuki et quittera les GP 500cc à la fin de la saison 2000.

Nobuatsu Aoki sur la Proton KR en 2004.

Nobuatsu Aoki sur la Proton KR en 2004.

Malgré la révolution annoncée par l’arrivée des 4 temps, Nobuatsu est satisfait de sa moto et pense pouvoir rivaliser. Mais au final, la moto ne peut pas suivre la cadence imposée par les modèles 4-Temps et ses performances sont régulièrement éclipsées par celles de son coéquipier Jeremy McWilliams. Son engagement avec le Team de Kenny Roberts se terminera à la fin de la saison 2004 avec comme pour meilleur résultat une 6ème place lors du GP de France en 2002.

Il passe (retourne) alors dans l’équipe Suzuki pour la saison 2005 en tant que pilote d’essai et obtient plusieurs WildCards pour quelques courses des saisons MotoGP de 2005 à 2008.

Enfin, il participe aux mythiques 8H de Suzuka en 2009, chère compétition aux yeux de tout pilote Japonais, et remportera la course avec ses coéquipiers Daisaku Sakai et Kazuki Tokudome (petit frère du pilote 125cc, Masaki Tokudome).

Depuis, il évolue toujours comme pilote d’essai pour Suzuki et participe activement au projet du retour de la marque dans la catégorie MotoGP en 2015 (ou 2014 en wild-cards ? mais rien n’est sûr).

Nobuatsu Aoki en tant que pilote d'essai Suzuki en 2005.

Nobuatsu Aoki en tant que pilote d’essai Suzuki en 2005.

 

Takuma Aoki

-
Takuma est le frère cadet de la famille, né à Tokyo en février 1974. Après avoir suivi son frère aîné sur les circuits, il le rejoint en championnat du monde par l’intermédiaire de WildCards pour le GP du Japon. Il roule alors en catégorie 250cc sur Honda en 1993 et 1994. En 1995 et 1996, il est inscrit sur la liste des participants à son GP national en catégorie 500c, et conclut l’édition 1995 avec une superbe 3ème place.

Takuma Aoki sur la Honda Repsol 500cc en 1997.

Takuma Aoki sur la Honda Repsol 500cc en 1997.

Malheureusement, sa carrière de pilote moto prend subitement fin de façon tragique.

Lors d’essais privés Honda sur le circuit de Tochigi au Japon, début février 1998, le Nippon est victime d’une terrible chute qui lui vaut d’être sévèrement touché aux vertèbres cervicales. Quelques jours à peine, et le verdict tombe : Takuma restera paralysé des jambes pour le restant de ses jours (paraplégie). Pour l’anecdote, c’est l’Espagnol Sete Gibernau qui sera choisi pour le remplacer et entamer la saison 1998 sur la Honda NSR500 V2 (4ème pilote du team Honda Repsol avec Mick Doohan, Alex Criville et Tadayuki Okada).

Cependant, le handicap du Japonais ne l’empêchera pas de participer à des courses automobiles telles que le Rallye Dakar de 2009 ou bien le Rallye Cross Country d’Asie 2008, où il terminera d’ailleurs en 8ème position.

Takuma Aoki en compagnie de Marco Simoncelli lors du GP du Japon en 2010.

Takuma Aoki en compagnie de Marco Simoncelli lors du GP du Japon en 2010.

-

Haruchika Aoki

-
Le plus jeune des 3 frères, Haruchika, est né à Gunma en mars 1976. Il débute sa carrière en Championnat du Monde 1993 en catégorie 125cc et connaît son premier podium mondial lors de la saison 1994 au GP d’Europe. Malgré de faibles résultats lors de ses deux premières saison en 125cc, il fait partie, en 1995, des favoris de la course au titre. C’est donc suite à une saison durant laquelle il écrase la concurrence avec sept victoires que Haruchika est très largement sacré Champion du Monde 125cc.

Haruchika Aoki l'année de son titre 125cc en 1995

Haruchika Aoki l’année de son titre 125cc en 1995

L’année suivante, malgré un nombre de victoires moins important, sa régularité lui permet d’être à nouveau titré dans la catégorie. Il cumule donc deux titres de Champion du Monde consécutifs.

En 1997, il accède à la catégorie supérieure sur une Honda, et se classe 8ème au Championnat pour sa première saison en 250cc. En 1998, il obtient un premier podium, et termine la saison en 6ème position.

Haruchika accède logiquement à la catégorie reine en 1999, mais ses résultats ne sont pas transcendants. Il évolue ensuite dans le championnat du monde Superbike en 2000 sur une Ducati, mais son amour des GP le fait revenir en 2001 en 500cc. La concurrence y étant trop élevée, il décide de retourner en 250cc en 2002. Mais une fois de plus, ses résultats sont décevants, aussi bien pour lui que pour son équipe, et finissent par le convaincre de se retirer en fin de saison.

-

Et maintenant ?

-
Seul Nobuatsu, qui poursuit son travail de développement chez Suzuki, est encore dans le milieu fermé des GP. On peut cependant croiser, de temps à autre, Takuma et Haruchika dans le paddocks lors du GP du Japon, mais ils sont plus considérés par leurs compatriotes pilotes comme des figures emblématiques que comme des mentors à proprement parler. Pourtant, ces Japonais, réputés pour leur accessibilité et leur gentillesse, et reconnaissables par leur combinaison rose, méritaient sûrement mieux.

Et si Takuma ne s’était pas blessé, stoppant net sa carrière ?
Et si Haruchika était parvenu à compléter son palmarès ?

Tant de questions qui restent malheureusement sans réponse, mais toujours est-il que la famille Aoki, aurait sûrement pu connaitre une gloire d’une plus longue durée.

Loading Facebook Comments ...
Loading Disqus Comments ...